WWW.GNESG.COM

__________________________________

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Comment a évolué la demande de transport ?

Grégory Launay - 13 février 2010 - Dernière mise à jour : 25 février 2012


La mobilité des personnes a progressé de manière très importante dans notre passé récent, plus que jamais auparavant.


Evolution de la mobilité et place de l’automobile dans le monde – Source : Francis Papon, 2003

En moyenne mondiale, la distance parcourue par personne et par jour est passée d’à peine 5 kilomètres au début du 20ième siècle à près de 18 kilomètres aujourd’hui. La démocratisation de l’automobile y a fortement contribué (voir la composition du parc automobile mondial) ; la voiture couvre ainsi aujourd’hui près de 45% des distances parcourues soit environ 8 km par personne et par jour.

L’évolution de cette mobilité s’est faite en parallèle à l'explosion de la démographie mondiale.

Evolution de la population mondiale - Source : INED, compilation de l’auteur

Le premier milliard d’êtres humains fut atteint au début du 19ième siècle, la population mondiale a depuis été multipliée par plus de 6,5. Et il semble que ce ne soit pas terminé. Au cumul de ces deux facteurs, la somme totale des déplacements à la surface de la planète a été multipliée par un facteur d’environ 30 en deux siècles.

 

Evolution de la mobilité dans le monde depuis 1800 - Source : Francis Papon 2003, compilation de l’auteur

 

Comment s’est faite cette évolution ?

Les modes de transport ont évolué en deux temps. Le 19ième siècle a d’abord vu l’émergence du chemin de fer rendue possible par l’usage du charbon et de la machine à vapeur.

Evolution des déplacements par mode en Grande Bretagne de 1750 à 1900 - Sources : Fouguet et Pearson, 2003

Au 20ième siècle ce fut au tour de l’automobile, portée par le pétrole et le moteur à explosion, de bouleverser les usages et l’ampleur des déplacements.

Evolution des déplacements par mode en Grande Bretagne de 1850 à 2000 - Sources : Fouguet et Pearson, 2003

L’énergie fut donc un élément essentiel dans ce développement. Avant la première révolution industrielle l’énergie utilisée pour les transports était intégralement renouvelable : fourrage pour les chevaux, vent pour les bateaux, etc. Les technologies associées à l’usage des énergies fossiles ont permis d’envisager des déplacements beaucoup plus importants en les rendant plus rapides et économiquement accessibles à une partie de la population.

On constate historiquement que le temps consacré au transport est resté constant (une heure par jour en moyenne, c’est ce que l’on appelle la conjecture de Zahavi). C‘est donc bien l’augmentation de la vitesse moyenne des déplacements qui a joué le rôle majeur. On ne se déplace pas plus souvent ni plus longtemps mais plus vite et plus loin.

 

Une situation très disparate

Ce développement s’est fait de façon très inhomogène en fonction du niveau de richesse matériel des pays et de l’accès aux ressources énergétiques que cela entraine. Le taux d’équipement en véhicules pour différents pays donne une bonne image de ces disparités.

Evolution du taux d’équipement en véhicules particuliers en fonction du revenu par habitant - Source : Booz & Company analysis

Le taux d’équipement en fonction du Produit Intérieur Brut décrit une courbe en « S » ce qui peut faire penser que les pays dits aujourd’hui « en développement » vont s’engager sur la voie de l’équipement massif pour rejoindre la partie en haut à droite de la courbe !

Au delà du niveau de richesse, d’autres facteurs comme la densité de population peuvent expliquer certains écarts dans le niveau d’équipement.


Le cas des Etats-Unis, exemple à suivre ?

La distance quotidienne moyenne parcourue par un Américain est passée de 4 kilomètres en 1880 à prés de 80 au début des années 1990. Une multiplication par 20 qui correspond à peu prés à la croissance du produit intérieur brut sur cette période (entre 2 et 3% de croissance par an).

Conformément à la conjecture de Zahavi, cela s’est fait à budget temps de transport quasi constant donc résultant d’une augmentation des vitesses moyennes par substitution progressive des modes rapides comme le train puis l’automobile, aux modes lents comme la marche à pied.

Distances parcourues au Etats-Unis (en voy-km/jour/personne) - Source : European Review, Vol. 6, N. 2, pp.137-156.

On observe que dès 1917-1918, il y avait autant de distance parcourue en voiture qu’à pied (il a fallu attendre 1950 pour atteindre ce ratio en France, on rappelle que la moyenne mondiale actuelle en est à peu près là aujourd’hui). Les estimations faites pour la France donnent des évolutions très comparables mais à un niveau deux fois moindre. Un français parcourait entre 2 et 3 km par jour en 1880 contre environ 40 km en 1990.


Et l’industrie automobile dans tout ça ?

C’est dans ce contexte que s’est développée l’automobile avec des volumes de production qui ont augmenté régulièrement pour atteindre près de 70 millions de véhicules produits par an (production 2008, avant « la crise ! » …).


Production automobile mondiale, 1898-2007 - Source : Freyssenet 2008 via WMVD, SMMT, JAMA, IRF, CCFA, OICA plus compléments de l'auteur pour 2008-2011

Quelques remarques sur ces données :

  • comme tous les autres produits manufacturés, la production a chuté fortement pendant les périodes les moins marrantes de l’histoire (crise de 29, guerres, chocs pétroliers)
  • la production a littéralement explosé pendant les trente glorieuses (multiplication par 4 en trente ans !), cela correspond à la période d’équipement des pays occidentaux
  • on constate de nouveau depuis le début des années 2000 une très forte progression qui correspond à une période d’équipement de nouveaux géants que sont les BRIC : Brésil, Russie, Inde, Chine … mais aussi Iran, Argentine, Turquie, Afrique du Sud, Mexique …

Aujourd’hui, avec un parc mondial d’environ 1 milliard de véhicules, le taux d’équipement n’est que d’à peine 150 véhicules pour 1000 habitants.

Evolution du taux d’équipement mondial - Source : CCFA, compilation de l’auteur

Souhaiter que cette moyenne rejoigne le niveau des États-Unis revient à envisager que la terre supporte 5 milliards d’automobiles voir 7 milliards en tenant compte de l’évolution de la population mondiale !

 

Et maintenant, où va-t-on ?

Une fois ce constat fait une question s’impose : de quoi sera fait l’avenir ?

Les problématiques écologiques semblent de plus en plus affirmées et urgentes à traiter, épuisement des ressources et réchauffement climatique en tête. Nombreux sont ceux qui souhaitent et prédisent la mort de l’automobile …

D’autres voix affirment (les constructeurs en tête évidemment mais pas uniquement) que des solutions technologiques existent et l’industrie semble s’y lancer pour de bon (la dernière crise financière aura terminé de convaincre les investisseurs semble-t-il) : agro-carburants, voitures hybrides, voitures électriques, pile à combustible … l’avenir sera technologique pense-t-on.

Qui a raison ? Qui a tort ? Existe-t-il une trajectoire « soutenable » permettant à la mobilité de poursuivre son développement en respectant les contraintes d’épuisement des ressources et de limitations des gaz à effet de serre ? C’est un petit peu l’objet de ce site …