WWW.GNESG.COM

__________________________________

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Quel est l’avis des « experts » sur l’avenir du marché automobile ?

Grégory Launay - Dernière mise à jour : 14 février 2010

 

Quelle voiture pour mon client de demain ?

Au delà des problématiques énergétiques et environnementales, la chute du marché automobile depuis la mi-2008 a contraint les industriels à une certaine remise en cause.

L’automobile n’a fondamentalement pas évolué depuis sa création (cette affirmation pourra en choquer quelques uns mais à bien y réfléchir les principaux composants et l’architecture globale ont peu évolué …) et il semble qu’elle y soit forcée en ce début de 21ième siècle, en tout cas plus qu’elle ne l’a jamais fait auparavant.

Devant un avenir aussi incertain, de nombreux cabinets d’expertises publient des rapports pour dirigeants de grandes entreprises … Rapports dans lesquels ils essaient de prévoir de quoi sera fait le marché de demain.


Quelle est la démarche adoptée par les cabinets d’expertise ?

Le contenu de ces documents consiste en général à anticiper une répartition technologique du marché (combien de véhicules hybrides, combien de véhicules électriques ?) en fonction de différents scenarios qui prennent en compte l’évolution du prix du pétrole et les contraintes réglementaires.

Une étude du Boston Consulting Group de janvier 2009 donne par exemple les résultats suivants :

Evolution du mix technologique sur les principaux marchés à l’horizon 2020- Source : Bonston Consulting Group, The Comeback of the Electric Car ? – 01/2009

On y voit la répartition en pourcentage des différents types de technologies (essence, diesel, hybride, électrique, etc.) sur les quatre grands marchés que sont les Etats-Unis, l’Union Européenne, le Japon et la Chine à l’horizon 2020. Ces résultats sont donnés pour trois scenarios pour lesquels la contrainte de consommation (prix du pétrole et réglementation sur les émissions de CO2) est de plus en plus forte.

Ces résultats montrent que, quel que soit le scénario, le véhicule purement thermique restera largement majoritaire. La répartition des technologies alternatives dépend en revanche fortement du scenario.

Tous ces résultats sont exprimés en pourcentage … mais en pourcentage de quel niveau de ventes annuelles ?

Volume des principaux marchés à l’horizon 2020 - Source : Bonston Consulting Group, The Comeback of the Electric Car ? – 01/2009

L’étude nous donne des volumes pour ces principaux marchés à 54,5 millions d’unités pour l’année 2020. Les volumes sur ces mêmes marchés se sont élevés à 48 millions en 2007.

Cette étude prend donc deux hypothèses. La première est que le marché automobile va continuer à croitre de manière importante d’ici à 2020. La seconde est que le niveau de cette augmentation n’est pas dépendant des différents scenarios définis. Autrement dit, l’étude considère que le niveau du prix du pétrole et que les réglementations sur les émissions de CO2 ne vont pas avoir d’impacts sur le niveau de vente des automobiles …

Le cabinet McKinsey utilise le même type d’approche dans une étude publiée en mai 2009 (Roads toward low-carbon future). Il y présente différentes répartitions technologique du marché mondial à l’horizon 2030 selon trois scenarios. Comme dans l’étude du Bonston Consulting Group les volumes de véhicules vendus sont considérés en croissance pour tous les scénarios. Ils sont donnés à 75 millions d’unités en 2020 et 90 millions en 2030.

Autre exemple, une étude du cabinet Frost & Sullivan, datant de fin 2008, anticipe un mix technologique des motorisations à l’horizon 2015. Encore une fois l’étude se concentre sur le résultat du mix-technologique en prenant pour hypothèse que les volumes seront dans tous les cas en forte croissance.

Mix des motorisations produites - Source : Frost & Sullivan Global Powertrain Mix – Octobre 2008

Terminons enfin par une étude qui se livre à des prévisions centrées sur les volumes. En septembre 2009 une étude du cabinet Booz & Company donnait des prévisions dans un article intitulé « The Best Years of the Auto Industry Are Still to Come ».

Prévision d’évolution du marché mondial à l’horizon 2018 - Source : Booz & Company, The best Years of the Auto Industry Are Still to Come – Septembre 2009

On y découvre que le parc de véhicules particuliers pourrait être multiplié par presque trois d’ici dix ans. L’étude s’appuie pour cela sur une « courbe en S » décrite lorsque l’on ramène le produit intérieur brut par habitant d’un pays au niveau d’équipement en automobiles. Cela revient à considérer que tous les pays émergents pourront assez facilement, dans les 10 ans qui viennent, adopter nos usages automobiles. Ici encore l’impact de la raréfaction du pétrole sur le niveau des ventes ne semble pas être considéré comme un facteur important.


Quelles conclusions peut-on en tirer ?

Quels sont les messages communs à ce genre d’études ? Tout d’abord on y comprend que la demande de véhicules particuliers est là. Le besoin que les gens ont de se déplacer, la demande de mobilité, ne disparaitra pas. La croissance du marché est donc à peu près certaine … les business est assuré, dormez tranquille !

On y comprend également que la structuration de ce marché dépendra des contraintes économiques et réglementaires (taxe, prix du pétrole …) et des réponses technologiques apportées par les constructeurs. C’est aux dirigeants des grandes entreprises de faire le bon choix aujourd’hui pour être correctement positionnés sur les marchés de demain.

En somme c’est un discours assez conservateur et tendanciel. Les fondamentaux sont bons, les prédicateurs de fin du monde peuvent continuer à hurler. Faites votre boulot en ayant une bonne approche stratégique et tout ira bien !


Un coup d’œil dans le rétroviseur, que nous apprend le passé récent ?

Pour se convaincre que l’avenir peut ne pas être si paisible jetons un coup d’œil à la corrélation entre le prix du pétrole, les récessions économiques et la production automobile mondiale.

Corrélation entre le prix du pétrole, les récessions économiques et les ventes mondiales d’automobiles – Source : CIBC & Freyssenet 2008, compilation de l’auteur

Sur les six récessions mondiales observées depuis 1970 (la fin des trente glorieuses), cinq sont consécutives à une forte augmentation du prix du pétrole. La production automobile a été fortement touchée à chaque fois avec de fortes chutes du volume.

Même si cette corrélation n’est pas une preuve de causalité directe, il parait difficile de dire que le prix du pétrole n’a pas d’impact sur le niveau de ventes …. Alors demain, dans un monde ou le pétrole risque de se raréfier très sérieusement, est il si évident que cela que la croissance du marché soit assurée ?