WWW.GNESG.COM

__________________________________

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Les biocarburants permettent-ils d’économiser de l’énergie ?

Grégory Launay - Dernière mise à jour : 3 janvier 2010

 

Normalement c’est le but me direz vous ! Face aux problèmes d’épuisement des ressources fossiles et de dépendance énergétique, les biocarburants sont vus comme une solution possible pour réduire la consommation de pétrole.

Seulement voilà il faut tout de même investir un peu pour les produire. La quantité d’énergie fossile économisée dépend donc du retour sur investissement énergétique (EROI en anglais), c'est-à-dire de la quantité de pétrole utilisée pour produire un litre de biocarburant.

 

Quelle réduction d’énergie fossile ?

Comme pour les émissions de gaz à effet de serre, l’étude qui fait référence est celle qui a été menée par la Commission Européenne (pilotée par le Joint Research Center, son centre de recherche). Cette étude évalue un grand nombre de filières de première et de seconde génération. Les gains sont conséquents dans certains cas mais beaucoup plus discutables dans d’autres.

Bilan des différentes filières bioéthanol – Source : Etude JRC, 2007

Pour le bioéthanol, les filières de référence en Europe (betterave et blé avec des coproduits utilisés pour l’alimentation animale) donne des gains faibles de 20% environ. Une utilisation des coproduits comme combustible (dans des centrales thermiques par exemple) donne de meilleurs résultats mais cette solution est aujourd’hui trop chère. Les filières de seconde génération sont également plus performantes.


Bilan des différentes filières biodiesel – Source : Etude JRC, 2007

Pour le biodiesel les résultats sont plus nets et sont au moins de 50%. Les filières de références actuelles (EMVH obtenus à partir de colza et de tournesol) sont performantes.

Comme pour l’évaluation des émissions de CO2 liées aux biocarburants, il faut bien avoir conscience des insuffisances de certaines hypothèses prises pour réaliser ces calculs (la valorisation des coproduits notamment).

Malgré ces incertitudes il semble bien que pour la plupart des filières, produire un litre de biocarburant nécessite d’utiliser moins d’un litre de pétrole (entre 0,4 et 0,8 litre). Mais cela veut également dire que pour économiser un litre de pétrole il ne suffit pas de produire un litre de biocarburant mais plutôt un et demi à deux.

 

Quelle réduction d’énergie « tout court » ?

Nous avons jusqu’à présent parlé d’énergie fossile. Qu’en est-il sur la consommation d’énergie primaire globale engendrée par les biocarburants ?

Emissions de GES et consommation d’énergie pour différents types de carburants alternatifs – Source : Etude JRC, 2007

Ce graphique rapporte les consommations énergétiques et les émissions de gaz à effet de serre (en équivalent CO2) par kilomètre parcouru pour tout un tas de filières.

Oh surprise les biocarburants consomment plus d’énergie que les carburants traditionnels. Rien de plus normal me direz-vous, sur l’ensemble du cycle de vie il faut bien compter l’énergie utilisée pour faire rouler la voiture (contenue dans le carburant, bio ou pas) et l’énergie dépensée pour produire ce carburant … qui est beaucoup plus élevé dans le cas des biocarburants.

Pour mettre à disposition un litre d’essence à la pompe il faut investir 0,1 litre (pour le raffinage du brut et le transport). Comme nous venons de la voir, pour du biocarburant il faut investir entre 0,4 et 0,8 litre (selon les filières).

 

Quelles conclusions ?

Comme pour les émissions de gaz à effet de serre, il semble bien que les biocarburants permettent de réduire la consommation de pétrole. Mais les gains ne sont surement pas de 1 pour 1 !! La réalité est plutôt de 1 pour 2.

Autrement dit, substituer les 1,16 Gtep de pétrole consommées annuellement par l’automobile nécessiterait de produire plutot 2 Gtep de biocarburants …